05 novembre 2006

Première sortie en brousse

Enfin, après trois semaines passées à Garoua à de contraignantes et fastidieuses tâches administratives et préparatifs divers, première sortie en brousse. Une équipe de 12 personnes dépêchées quelques jours plus tôt a arrangé sommairement les

40 km

de piste qui mènent au camp depuis la piste principale pour permettre mon arrivée.

Aussitôt avisé de l'ouverture de la piste, j'organise le premier voyage pour aller me rendre compte de l'état du campement et des travaux à envisager pour la réouverture.

Le premier voyage en brousse est pour nous tous l'occasion d'une fébrile excitation, plaisir jamais démenti des retrouvailles avec ce qui est notre raison d'être ici.

Départ le 4 novembre ce qui est très tôt pour la saison, plus encore cette année où les pluies ont été très abondantes et se sont poursuivies jusqu'au 20 octobre, soit près d'un mois de plus que les autres années.

Du coup nous sommes contraints de passer par Rey Bouba, le radier de mayo Galké, l'itinéraire normal étant encore infranchissable. Un très long détour sur des pistes en mauvais état, il nous faudra près de 6 heures pour attendre Koum à l'entrée du parc, et deux de plus pour faire les 40 derniers kilomètres.

Comme chaque année, la piste nettoyée ressemble à une tranchée dans un océan de verdure de

2.5 m

de haut…

Nous arrivons au campement peu avant la nuit et j'ai la bonne surprise de constater que les abords du campement ont été soigneusement nettoyés par la petite équipe de gardiens que j'ai laissée en place au cours de la saison des pluies. Retrouvailles chaleureuse avec Souley, Souaïbou, le bon vieux "Commandant" et les quelques "survivants" qui ont séjourné ici depuis quatre mois et voient avec bonheur arriver la voiture chargée de victuailles !

Le dimanche, nous faisons le point de la situation; au campement "rien de mal", l'eau n'a rien abîmé, bien qu'elle soit montée très haut, au point de remodeler complètement le lit de mayo Demsa.

Remise en route du groupe électrogène très fatigué, de la pompe à eau, et petit tour d'horizon de toutes les installations. Je suis plutôt satisfait de constater qu'il n'y aura pas de grands travaux, seules les peintures cloquées par l'humidité sont à reprendre intégralement. J'ai tellement de préparatifs de tous ordres en perspective, qu'un peu de sérénité de ce côté est bienvenue…

La seule mauvaise nouvelle vient sans surprise hélas des informations sur le braconnage. La petite équipe de 4 personnes de surveillance au campement, a tenté de faire quelques mini patrouilles au nord du parc,  le plus souvent en réaction à des coups de feux entendus. Dépourvus de tous moyens ils se sont à plusieurs reprises trouvés face à des groupes de braconniers armés dont l'un de seize personnes, quatre chevaux, onze bicyclettes, un autre de onze personnes... Ils me rapportent aussi la découverte de nombreux bivouacs de braconniers. Le plus proche à

4 km

du campement, tant ils sont convaincus de leur impunité !

Avec une témérité un peu suicidaire, ils ont quand même réussi à faire fuir plusieurs fois les braconniers, qui se sont certainement contentés d'aller opérer un peu plus loin. Malgré leur peu de moyens ils ont saisi quelques matériels et en particulier deux armes dont un calibre douze presque neuf de marque Baïkal.

Certains braconniers arrivent de très loin, duTchad comme en témoigne la plaque d'un vélo retrouvé, avec 10 animaux abattus, preuves de l'existence d'une réelle organisation commerciale de la chasse…

Il est indispensable que nous puissions étoffer la surveillance du parc, faute de quoi l'avenir du parc sera compromis à très court terme. Malheureusement, la lutte contre le braconnage coûte très cher, et les moyens sont inexistants. Les institutionnels se désintéressent du problème et les sponsors sont peu enclins à s'investir dans ce type d'actions qui ne sont pas exploitables sur le plan de la communication….

Alors comment faire ?

Quelques bonnes nouvelles quand même : le nouveau Sultan de Rey Bouba, que je connais personnellement semble décidé à une reprise en main, qui je l'espère profitera également au Parc...

Un peu rassuré aussi par les premiers échos en provenance des agences de voyage locales qui semblent se réjouir de pouvoir revenir rapidement à Boubandjida, et encouragé aussi de l'accueil réservé par l'administration à mes initiatives...

DSC08849

 

 

Le lundi retour à Garoua avec une liste sans fin d'achats, de matériel, et de choses à faire pour préparer le débarquement en force au campement pour sa remise en route, le plus rapidement possible : je souhaite ouvrir pour le 15 décembre !

 

Posté par boubandjida à 17:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Première sortie en brousse

Nouveau commentaire